vendredi 27 mai 2011

Sur Albert Pike


Disons à ce propos que le général Albert Pike, Grand-Maître du Rite Ecossais pour la juridiction méridionale des Etats-Unis (dont le siège était alors à Charleston), fréquenta aussi Mme Blavatsky vers cette époque ; mais ces relations semblent bien n’avoir eu aucune suite ; Il faut croire que Pike fut, en cette circonstance, plus clairvoyant que beaucoup d’autres, et qu’il reconnut vite à qui il avait affaire. Nous ajouterons, puisque l’occasion s’en présente, que la réputation d’Albert Pike comme écrivain maçonnique a été très surfaite : dans une bonne partie de son principal ouvrage, Morals and Dogma of Freemasonry, il n’a fait que démarquer, pour ne pas dire plagier, le Dogme et Rituel de la Haute Magie de l’occultiste français Eliphas Lévi.
René Guénon, Le Théosophisme, chapitre II - Les origine de la Société Théosophique




Alphonse-Louis Constant, alias Eliphas Lévi

Les ouvrages d’Eliphas Lévi, quoique beaucoup moins profonds qu’ils ne veulent en avoir l’air, exercèrent une influence extrêmement étendue : ils inspirèrent les chefs des écoles les plus diverses, comme Mme Blavatsky, la fondatrice de la Société Théosophique, surtout à l’époque où elle publia Isis Dévoilée, comme l’écrivain maçonnique américain Albert Pike, comme les néo-rosicruciens anglais.
René Guénon, L'Erreur spirite, Partie 1, chapitre V - Spiritisme et occultisme



Albert Pike est donc manifestement plutôt médiocre, puisqu'il s'est basé principalement sur Eliphas Levi, qui n'avait aucune filiation traditionnelle, ayant juste rassemblé dans son œuvre le fruit de recherches et de réflexions personnelles :

Eliphas Lévi – La Clef des Grands Mystères
(Éditions Niclaus, Paris). 


Nos lecteurs savent quelles réserves nous avons à faire sur les œuvres d’Eliphas Lévi ; il convient d’ailleurs de ne prendre ce qu’elles contiennent que pour l’expression de « vues personnelles », car l’auteur lui-même n’a jamais prétendu revendiquer aucune filiation traditionnelle ; il a même toujours déclaré ne rien devoir qu’à ses propres recherches, et les affirmations contraires ne sont en somme que des légendes dues à des admirateurs trop enthousiastes. Dans le présent livre, ce qu’il y a peut-être de plus intéressant en réalité, bien qu’à un point de vue assez contingent, ce sont les détails vraiment curieux qu’il donne sur certains « dessous » de l’époque à laquelle il fut écrit ; ne fût-ce qu’à cause de cela, il méritait certainement d’être réédité. Dans un autre ordre, il y a lieu aussi de signaler certains des documents qui y sont joints en appendice, notamment les figures hermétiques de Nicolas Flamel, dont on peut cependant se demander jusqu’à quel point elles n’ont pas été « arrangées », et la traduction de l’Asch Mezareph du Juif Abraham ; pour cette dernière, il est fort à  regretter que la provenance des fragments qui sont donnés séparément comme compléments des huit chapitres ne soit pas indiquée expressément, ce qui eût été une garantie de leur authenticité ; la reconstitution de l’ensemble du traité n’est d’ailleurs présentée que comme « hypothétique », mais il est bien difficile de savoir dans quelle mesure les copistes qui l’auraient « morcelé pour le rendre inintelligible » en sont responsables, et quelle y est au juste la part d’Eliphas Lévi lui-même.
René Guénon, Le Théosophisme, comptes rendus de livres, février 1940

L'intégrale d'Eliphas Lévi (en format texte, de mauvaise qualité) :




Cependant, certains veulent gonfler l'importance de Pike en citant une certaine Encyclopédie de la Franc-Maçonnerie (La Pochothèque, 2000, sous la direction d’Eric Saunier), p. 666 :
Souvent l’auteur (Pike) se fait compilateur ; quitte à remanier et à interpoler, il incorpore des fragments d’auteurs précédents, le plus souvent cité étant Eliphas Lévi. Pike annonce son procédé au seuil de son livre et seule l’ignorance ou la mauvaise foi a permis quelquefois de crier au plagiat.


Morals and Dogma de Pike est disponible notamment ici :
http://www.sacred-texts.com/mas/md/index.htm

Pike dit seulement dans la préface :
In preparing this work, the Grand Commander has been about equally Author and Compiler; since he has extracted quite half its contents from the works of the best writers and most philosophic or eloquent thinkers. Perhaps it would have been better and more acceptable if he had extracted more and written less.

Mais même s'il avoue être allé chercher du contenu chez d'autres auteurs, il est difficile de qualifier de compilateur quelqu'un qui ne donne aucune indication pour distinguer ce qu'il a réellement écrit lui-même des divers passages qu'il a recopiés. Précisément, contrairement à ce que dit la note plus haut, il est faux qu'il cite Eliphas Lévi, où que ce soit dans son ouvrage.



Ceci confirme cette note de L'Esotérisme de Dante, chapitre IV - Dante et le Rosicrucianisme:
Ce passage d’Éliphas Lévi a été, comme beaucoup d’autres (tirés surtout du Dogme et Rituel de la Haute Magie), reproduit textuellement, sans indication de provenance, par Albert Pike dans ses Morals and Dogma of  Freemasonry, p. 822 ; du reste, le titre même de cet ouvrage est visiblement imité de celui d’Éliphas Lévi.





Autres évocations de Pike par René Guénon, dans les comptes rendus d'articles de revues des Etudes sur la Franc-Maçonnerie et le Compagnonnage :
Dans le Symbolisme, [...] dans le numéro de mars, [...] « Diogène Gondeau », dans un article sur Les Grades symboliques d’après Albert Pike, reproche à celui-ci d’en avoir méconnu l’ésotérisme ; peut-être n’est-ce pas entièrement à tort, mais lui-même le connaît-il mieux ?
Mai 1934

Dans le Grand Lodge Bulletin d’Iowa (n° de décembre), un article consacré à Albert Pike montre en celui-ci, par des citations de ses œuvres, un esprit religieux aussi éloigné que possible du « Souverain Pontife luciférien », des légendes taxiliennes.
Mars 1932

2 commentaires:

  1. Bonjour, pouvez vous m'eclairer sur la lettre qu'albert pike aurait envoyée a guiseppe mazzini. je trouve son contenu troublant et ça apporte de l'eau au moulin des conspirationnistes.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour.

    http://oeuvre-de-rene-guenon.blogspot.com/2011/05/le-mythe-conspirationniste-des.html

    RépondreSupprimer